Retrouvez nous sur :
Flash Info :

Conférence Publique: « La Participation citoyenne à la politique de sécurité: Enjeux & Défis », le jeudi 26 janvier 2017 au Centre d’accueil Notre Dame de Lorette

Cahier de proposition

COALITION DES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE POUR LES REFORMES INSTITUTIONNELLES ET POLITIQUES
Vingt ans après l’adoption de la Constitution de la 4è République, le Burkina Faso demeure un régime hybride que tous les analystes politiques sérieux hésitent à classer dans les démocraties en raison de la prégnance des réflexes autoritaires chez les élites dirigeantes,nonobstant l’existence formelle d’institutions démocratiques.

Télécharger ici

CGD Info N°010

ANALYSE DU PROJET DE BUDGET DE L’ETAT GESTION 2010
Le présent numéro de « CGD-Info » vise un double objectif : d’une part encourager la société civile burkinabè à s’impliquer dans le travail budgétaire appliqué afin de tenir comptables les autorités publiques de leur gestion des ressources publiques ; d’autre part formuler des propositions et recommandations à l’endroit des acteurs du processus budgétaire en vue d’améliorer ledit processus.

Télécharger ici

Parlement

PARLEMENTARISME ET CONSOLIDATION DÉMOCRATIQUE AU BURKINA FASO : BILAN DE LA IVème LÉGISLATURE

La théorie politique libérale postule le principe de la souveraineté du peuple comme
élément fondateur de la démocratie. En effet, le régime démocratique repose
fondamentalement sur l’idée que le pouvoir suprême appartient au peuple qui l’exerce de
manière directe ou indirecte.

Télécharger ici

CGD Info N°03

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE AU BURKINA FASO

L’un des critères essentiels de la gouvernance démocratique est celui de l’imputabilité ou de l’obligation de rendre compte au titulaire de la souveraineté, à savoir le peuple.

Télécharger ici

RAPPORT- ANALYSE PROJET DE BUDGET GESTION 2010

L’analyse du projet de budget de l’Etat, gestion 2010, que le CGD propose dans ce document décrit un double objectif.

D’abord il traduit une fois de plus l’engagement pris par le Centre pour impliquer davantage la société civile burkinabé dans le travail budgétaire en la familiarisant progressivement aux questions liées aux budgets publics, et plus généralement aux finances publiques et à la comptabilité publique. L’accès libre à l’information budgétaire est un facteur favorisant la responsabilisation de la société civile en la rapprochant de la réalité économique et sociale à travers les chiffres. De plus, il autorise sa participation positive – car contributive – aux débats sur les choix des gouvernants.

Le second objectif de la présente action du Centre est de soumettre des propositions et recommandations issues de son analyse budgétaire à des acteurs du processus budgétaire national aussi importants que les Députés.

Télécharger ici

RAPPORT-TRAVAIL PARLEMENTAIRE AU BURKINA 2009

L’un des critères essentiels de la gouvernance démocratique est l’obligation de rendre compte ou le principe d’imputabilité. L’absence de véritables mécanismes d’imputabilité politique et administrative est considérée comme la principale source de l’autoritarisme politique et de l’improductivité dans le secteur public africain. C’est pourquoi le renforcement des mécanismes d’imputabilité est nécessaire pour la consolidation de la gouvernance démocratique. En obligeant les gouvernants, les services publics et les autorités publiques à rendre compte aux citoyens de leur gestion, de leurs activités et comportements, l’application du principe de l’imputabilité conduit à la limitation des nuisances et des dysfonctionnements dans la gouvernance, offrant ainsi de meilleures perspectives pour l’enracinement de la bonne gouvernance.

Télécharger ici

RAPPORT- EVALUATION DE LA TRANSPARENCE BUDGETAIRE

Si le budget est proposé par l’organe exécutif de la collectivité territoriale, voté par le conseil et approuvé par l’autorité de tutelle dans les conditions fixées par la loi et dans le respect des règles de la comptabilité publique, son appropriation par les citoyens qui sont les principaux bénéficiaires des activités contenues dans le programme de développement de la collectivité territoriale, donne lieu à des interrogations.

Aussi, la présente étude initiée par le Centre pour la Gouvernance Démocratique en collaboration avec International Budget Partnership s’intéresse-t-elle au degré d’ouverture des budgets locaux.

Télécharger ici

CGD-INFO-TRAVAIL PARLEMENTAIRE-2011

LA QUALITÉ DU TRAVAIL PARLEMENTAIRE : ANALYSE POLITIQUE DES RELATIONS ENTRE PARLEMENT ET CITOYENS AU BURKINA FASO

 Le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) est une institution neutre et impartiale qui oeuvre à la consolidation de la démocratie et de la bonne gouvernance au Burkina Faso. Dans son Plan stratégique 2008-2012, il a prévu un monitoring annuel du travail parlementaire. L’objectif global est de renforcer l’imputabilité du parlement burkinabè, c’est-à-dire amener les députés à rendre compte à l’opinion publique de la manière dont ils exécutent leurs missions constitutionnelles, à savoir voter la loi, consentir l’impôt et contrôler l’action gouvernementale. Cette démarche débouche sur des recommandations qui font l’objet de plaidoyers auprès des autorités politiques en vue d’un renforcement de la qualité du travail parlementaire. C’est dans cette perspective que le CGD a réalisé cette année une étude sur le thème « Les relations entre le Parlement et les citoyens ». A travers cette étude, le Centre entend contribuer à résorber le déficit d’intégration de la dimension citoyenne dans le travail parlementaire afin d’en améliorer la qualité. Il s’agit dans cette optique de déceler les causes de la déconnexion qui existerait entre l’institution parlementaire, ses membres et les citoyens. Pour aborder cette problématique, deux approches théoriques ont été utilisées. La première est issue de la sociologie politique et est basée sur le structuro-fonctionnalisme1 ; et la seconde s’articule autour de la théorie de la mise sur l’agenda qui relève du sous-champ des politiques publiques. Plus précisément, sur le structuro-fonctionnalisme, nous nous sommes inspirés de la fonction d’agrégation d’intérêts et de la capacité responsive du système politique.

Quant à la théorie de mise sur l’agenda, elle a permis d’analyser le processus de politisation des demandes sociales, c’est-à-dire leur intégration comme sujets légitimes de débat politique et champs d’intervention de la puissance publique.

Télécharger ici

CGD-INFO-TRAVAIL PARLEMENTAIRE-2010

Selon la Constitution, « l’Assemblée nationale vote la loi, consent l’impôt et contrôle l’action du Gouvernement » (article 84). Elle se réunit de plein droit chaque année en deux sessions ordinaires, la première session s’ouvrant le premier mercredi de mars et la seconde le dernier mercredi de septembre (article 85). Le présent « Cgd-Info » rend compte des résultats du travail parlementaire de septembre 2009 à juin 2010.

Télécharger ici

CGD-INFO-ANALYSE PROJET BUDGET-2009

Le présent numéro de « Cgd-Info » vise un double objectif : d’une part encourager la société civile burkinabé à s’impliquer dans le travail budgétaire appliqué afin de tenir comptables les autorités publiques de leur gestion des ressources publiques ; d’autre part formuler des propositions et recommandations à l’endroit des acteurs du processus budgétaire en vue d’améliorer ledit processus. A cet effet, le CGD a choisi d’analyser le projet de budget de l’Etat,gestion 2010, étant entendu que le même exercice peut être mené également au niveau des budgets locaux.

La présente analyse budgétaire se focalise de manière générale sur une revue des propositions du Gouvernement au regard des besoins des populations, tels qu’appréhendés par l’enquête d’opinion Afrobaromètre 2008 et au regard des résultats des analyses budgétaires menées par le CGD par le passé, en 2005 et 2008. Le but visé est de confronter les allocations budgétaires et les besoins essentiels des populations.

Télécharger ici