Retrouvez nous sur :
Flash Info :

Conférence Publique: « La Participation citoyenne à la politique de sécurité: Enjeux & Défis », le jeudi 26 janvier 2017 au Centre d’accueil Notre Dame de Lorette

RAPPORT

Résolution n° 001-2010/AN/B/PRES fixant les avantages et les privilèges du Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso

Télécharger ici

Rapport

Les partis politiques au Burkina Faso

Depuis l’indépendance du Burkina Faso en 1960, la vie politique burkinabè a été marquée par la succession de régimes constitutionnels et non constitutionnels. Malgré les difficultés d’enracinement du processus démocratique, le pays a toujours connu une tradition pluraliste caractérisée par le dynamisme de la société civile et le multipartisme, y compris sous les régimes d’exception. En matière d’élections, le Burkina Faso a également une riche expérience pluraliste, en dehors de la 1e République marquée par un régime à parti unique et des régimes d’exception.

Télécharger ici

Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions de la Ve République

La Constitution du 4 octobre 1958 est entrée dans sa cinquantième année ; elle a traversé bien des épreuves, dont celle, à trois reprises, de la « cohabitation » ; elle a fait montre de sa souplesse et de sa solidité ; elle a doté notre pays d’institutions stables et efficaces ; elle a élargi l’assise du régime républicain en démontrant, à la faveur de cinq alternances, sa capacité à fonctionner au service de tendances politiques différentes qui toutes se sont bien trouvé des moyens qu’elle a mis à leur disposition.

Télécharger ici

Conférence de presse de la Coalition pour les candidatures indépendantes

Au Burkina Faso, la limitation du nombre de mandats présidentiels fait partie de la tradition constitutionnelle burkinabé. A l’exception de la Constitution de la 1ère république, toutes les autres Constitutions ont consacré la clause limitative du nombre de mandats présidentiels, même si elle n’a jamais été respectée en pratique, soit du fait de la succession des coups d’Etat qui ont mis fin aux régimes constitutionnels des 2ème et 3ème Républiques, soit du fait des manipulations constitutionnelles sous la 4ème République.

Télécharger ici

Les acteurs du processus électoral burkinabé face au défi des élections couplées de 2012

Dans tous les systèmes démocratiques, le vote constitue l’un des modes privilégiés de participation citoyenne dans la gouvernance politique. Longtemps marginalisée par la science politique africaniste en faveur d’autres sujets jugés plus pertinents, l’étude du vote en Afrique suscite depuis les transitions démocratiques des années 90 un intérêt particulier dans la communauté scientifique. Les processus électoraux restent un facteur essentiel dans l’analyse de la démocratisation en Afrique, en même temps qu’ils représentent un défi pour les acteurs politiques et les citoyens.

Télécharger ici

La participation électorale au Burkina Faso : analyse quantitative et qualitative

Démocratie et participation citoyenne vont de pair. En effet, la démocratie est un système dans lequel le pouvoir découle de l’autorité du peuple et se fonde sur sa participation. La participation politique des citoyens peut être définie comme « l’ensemble distinct et homogène des activités par lesquelles la masse des citoyens est habilitée à entrer en contact avec le monde séparé du pouvoir, toujours de façon superficielle et en respectant certaines contraintes rituelles » (Denni cité par Nonna Mayer et Pascal Perrineau).

Télécharger ici

Performances de l’’action publique et légitimité démocratique des dirigeants :: une déconnection problématique

Afrobaromètre est un réseau d’une vingtaine de pays africains qui mène des recherches sur les comportements publics face aux problèmes économiques, politiques et sociaux en Afrique subsaharienne. Les enquêtes du réseau consistent à recueillir les points de vue des citoyens ordinaires sur la gouvernance, la démocratie, la réforme économique, la société civile et la qualité de vie dans les pays respectifs.

Télécharger ici

Partis et système de partis politiques au Burkina Faso

Les partis politiques sont « des organisations durables, disposant d’une assise à la fois nationale et locale, dont le but est de conquérir et d’exercer le pouvoir politique en recherchant le soutien populaire ». Ce sont, selon l’expression du sociologue allemand Max Weber, « les enfants de la démocratie et du suffrage universel ».

Télécharger ici

Les acteurs du processus électoral burkinabé face au défi des élections couplées de 2012 : enjeux, défis et perspectives

Les élections restent un maillon essentiel du processus démocratique. Mais l’organisation d’élections libres, transparentes et équitables reste un défi majeur dans les démocraties en construction. Au Burkina Faso, la décision du gouvernement de coupler pour la première fois les élections législatives et locales en 2012 vient complexifier davantage ce défi. En conséquence de cette décision, l’Assemblée nationale a adopté, à la suite du Conseil des ministres du 6 octobre 2010, un projet de loi portant prorogation du mandat des conseillers municipaux et régionaux qui, initialement, expirait en avril 2011. Ainsi, pour la première fois au Burkina Faso, des élections législatives et municipales se tiendront simultanément, en 2012.

Télécharger ici

Le dialogue interpartis sur les questions électorales au Burkina Faso

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a réalisé cette année en partenariat avec l’Institut pour la démocratie et l’assistance électorale (IDEA) une étude sur le dialogue interpartis en matière électorale au Burkina Faso. Le présent Cgd-Infos vise à diffuser la substance des résultats de l’étude, en particulier, les leçons tirées des expériences de dialogue inter-partis dans notre pays ces dix dernières années. Au sens strict, l’on peut définir les structures de dialogue inter-partis comme des cadres plus ou moins formels et permanents de discussion entre partis politiques en vue de régler des désaccords politiques ou trouver des solutions consensuelles aux problèmes relatifs aux modalités de la compétition électorale.

Télécharger ici