Retrouvez nous sur :
Flash Info :
DONATEURS & GOUVERNANCE

« LES DONATEURS ET LA GOUVERNANCE DU SECTEUR DE SECURITE EN AFRIQUE DE L’OUEST »

La sécurité comporte un important enjeu de gouvernance pris en compte dans les stratégies, politiques et actions des bailleurs aux niveaux bilatéral et multilatéral de leur coopération avec les pays d’Afrique de l’Ouest.

Télécharger ici

ELECTIONS, PAIX & SECURITE

ELECTIONS, PAIX ET SECURITE EN AFRIQUE DE L’OUEST

Entre 1960 et 1990, les pays africains fonctionnent avec le système stalinien de parti unique centralisé. Le pouvoir s’accapare toutes les richesses et les leviers administratifs de l’Etat (armée, police, gendarmerie, écoles, hôpitaux) ; il a le contrôle total sur les libertés individuelles. Ces régimes de parti unique bénéficient de la bienveillance et surtout des soutiens multiformes, y compris militaires, des anciennes puissances coloniales dont principalement la France pour les pays francophones.

Télécharger ici

CLS au Burkina

L’introduction des Comités locaux de sécurité (CLS) au Burkina Faso est étroitement liée à l’adoption de la doctrine de la police de proximité en 2003 et la recherche de solutions alternatives aux opérations classiques de police menées sur le mode « coup de poing » ou « ratissage » pour lutter contre l’insécurité et la grande criminalité.

Télécharger ici

GOUVERNANCE-SÉCURITÉ

LA SÉCURITÉ EN AFRIQUE DE L’OUEST : ENJEU DE GOUVERNANCE ET DE DÉVELOPPEMENT

Les relations entre Sécurité, Gouvernance et Développement1 sont non seulement universellement reconnues mais jugées très importantes. Les situations de conflit de plus de 7 ans entraînent une baisse de 15 % du revenu par tête et peuvent faire chuter de 2 points le taux de croissance de l’économie nationale.

Télécharger ici

Résultats

Les Burkinabè exigeants envers le processus de la transition
Résultats du Round 6ème d’Afrobaromètre au Burkina Faso

Télécharger ici

Communiqué de Presse

Les Burkinabè tiennent à ce que compte soit demandé aux anciens dignitaires du régime Compaoré
Selon la plus récente enquête d’Afrobaromètre au Burkina Faso, la majorité des Burkinabè semblent attachés à l’idée de demander des comptes aux anciens dignitaires, voire à l’idée de les sanctionner pour leurs comportements passés.

Télécharger ici

Communiqué de Presse

Les Burkinabè souhaitent l’immortalisation de la mémoire des victimes de l’insurrection et un dédommagement équitable

D’après la plus récente enquête Afrobaromètre, pour immortaliser la mémoire des victimes de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2015, les Burkinabé suggèrent prioritairement l’adoption d’une journée nationale de souvenirs, l’édification d’un monument, le développement de matériaux didactiques pour les écoles.

Télécharger ici

Communiqué de Presse

Les Burkinabè attachés à la recherche de la Vérité, de la Justice sur l’insurrection populaire et à la lutte contre l’impunité

La plupart des Burkinabé optent pour une manifestation de la vérité sur l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014, selon la plus récente enquête Afrobaromètre.

Télécharger ici

Communiqué de Presse

Les Burkinabè sont en grande majorité satisfaits des autorités de la Transition

Selon la plus récente enquête d’Afrobaromètre au Burkina Faso, les Burkinabè sont dans l’ensemble satisfaits de la façon dont les autorités de la Transition ont effectué leur mandat depuis qu’elles sont entrées en fonction.

Télécharger ici

Conférences publiques

Les reformes politiques et recommandations du collège des sages : ou en est-on une décennie après ?

Il s’est tenu au Pacific Hôtel le mercredi 10 février 2010 l’atelier de sur le thème « les reformes politiques et recommandations du collège des sages : où en est-on une décennie après ? ». Cet atelier a regroupé soixante quatorze (74) participants issus des structures suivantes : partis politiques, organisations de la société civile, ONG, partenaires au développement, institutions publiques, syndicats, médias et citoyens ordinaires.

Télécharger ici